Ils veulent fermer notre Hôpital !

Nous avons appris ce week-end l’annonce brutale faite aux personnels du groupe hospitalier Pontoise / Beaumont-sur-Oise / Méru / Saint-Martin du Tertre. 300 postes vont être supprimés dans les 6 mois à venir, et des services entiers vont être fermés. A Beaumont, nous allons perdre les Urgences pédiatriques, le service pédiatrique, la néonatalogie, le service de réanimation, le service de ré-éducation post-réanimation (SRPR) et plusieurs lits de médecine. Dans l’annexe de St-Martin du Tertre, c’est un service de soins de suite en hémato-oncologie qui est condamné. Ils ne s’arrêteront certainement pas là : une fois ces services et postes supprimés, on prendra prétexte du sous-emploi des bâtiments ou de nouvelles coupes budgétaires pour les fermer complètement…

Raisons officielles, et raisons véritables

Soit disant, l’Hôpital de Beaumont est en déficit, les travaux de modernisation n’ont pas été faits, il faut « rationaliser » et donc regrouper les services sur Pontoise pour plus d’efficacité. Oui, l’Hôpital de Beaumont (le GHCPO) est en déficit, mais c’est le cas de l’ensemble des hôpitaux français ! Faut-il pour autant les fermer ??? Non. La Santé est un droit, donc un coût, et pas une marchandise, donc pas un bénéfice commercial. L’hôpital n’a pas vocation à dégager des bénéfices mais à soigner correctement. Il y a 20 ans à peine, l’Organisation Mondiale de la Santé estimait que la France avait le meilleur système de santé au monde, et le meilleur rapport qualité des soins / accès pour tous / dépenses publiques par habitant. Que s’est-il passé depuis que c’est la finance qui dicte la politique de Santé ? On a tout cassé…

Partout on démantèle les services publics en général et les hôpitaux en particulier. Après la SNCF, EDF, GDF, les télécommunications etc. ce sont les bureaux de Poste, les perceptions du Trésor Public, les guichets de Sécurité sociale, les maisons de retraite, les crèches, les Agences Pôle Emploi et même les écoles qui sont attaquées : réduction des horaires d’ouverture, des personnels, des classes, des agences…

Une catastrophe sanitaire et sociale

Partout les personnels sont en crise de moyens, en burn out, en sous-effectifs, démotivés et de plus en plus mal payés… On parlait déjà en 2009 d’une véritable « épidémie » de suicides chez les agents publics : profs, soignants, policiers et gendarmes, agents de l’équipement et de l’environnement, travailleurs sociaux, petite enfance… Cette souffrance se retrouve pour partie aujourd’hui dans la colère exprimée par les Gilets Jaunes, où se retrouvent de nombreux agents publics, et aussi de nombreux usagers des services publics. Car comment supporter les niveaux élevés d’impôts et taxes si en parallèle on doit payer de plus en plus cher pour des services publics qui étaient autrefois gratuits car payés par nos impôts et taxes ?

Fermer des services hospitaliers, et supprimer des centaines de postes alors qu’il en manque partout, c’est restreindre l’accès à des soins de qualité. Cela veut dire des accouchements dans des voitures, des malades qui souffrent seuls loin de leurs proches, des patients qu’on laisse dans les couloirs faute de place, des gens qui ne seront pris en charge qu’à un stade plus avancé donc plus grave de leurs pathologies. Et d’autres qui vont se tourner vers le secteur privé parce qu’ils en ont les moyens. Une médecine à deux vitesses…

La mobilisation a empêché la casse ailleurs

A Saint-Affrique, les habitants ont empêché la fermeture de l’hôpital. A Brest, la fermeture des greffes pédiatriques a été empêchée par la grève de la faim de parents. A Carhaix, c’est l’hôpital-maternité qu’on a sauvé à force de manifs, d’occupations, de blocages pacifiques. A Meulan, ils voulaient fermer la réanimation, les urgences mais la mobilisation a bloqué le processus. Des élus et des habitants bloquentdepuis plus d’une année la casse de la maternité de Creil et la fermeture totale de celle de Senlis… A Méru, les familles et personnels de l’EHPAD, appuyés par la mairie, ont empêché sa fermeture.

C’est aujourd’hui notre tour. L’association Beaumont En Commun a décidé de se battre et sait le faire : nous avons déjà réussi à empêcher jusqu’ici la vente de la Résidence de la Forêt de Carnelle, avec l’aide des 700 Beaumontois.es qui ont signé notre pétition en ligne, des dizaines qui se sont rendus au Conseil Municipal pour empêcher tout vote en faveur de la vente.

Nous vous proposons déjà :

Une pétition en ligne

➔ Une grande réunion publique ce jeudi 29 novembre 2018 à 19h au restaurant Le Château d’Orient, 21 rue Albert-1er à Beaumont.

➔ Un rassemblement sur le parking de l’hôpital samedi 1er décembre 2018 entre 12h30 et 14h.

➔ Un rassemblement avec les syndicats devant l’Hôpital mercredi 5 décembre à 14h30.

D’autres initiatives plus fortes et spectaculaires seront discutées à la réunion de jeudi, avec vous.

Une autre politique de Santé publique est possible Beaumont En Commun propose un projet municipal alternatif qui comporte un volet Santé important. Nous ouvrirons une maison municipale de Santé, gratuite et qui prodiguera des soins de base et servira d’outil de prévention sanitaire et sociale, ainsi que d’éducation à la Santé, à l’alimentation, au vieillissement, en coordination avec l’Hôpital et les autres structures disponibles. Nous défendrons naturellement les Services publics, et d’abord l’Hôpital et la Résidence de Carnelle. Nous passerons au 100 % bio dans les cantines, lutterons contre les produits dangereux pour notre santé (pesticides…).

Xavier Renou et l’équipe de Beaumont En Commun

 

 

Télécharger le communiqué de presse.

Cet article a 2 commentaires

  1. Bonjour,
    Je viens de signer la pétition. Du coup je visite votre site.
    Une grande réunion publique ce jeudi à 19h : vous auriez du mettre la date précise pour les gens comme moi qui découvrent les faits.
    Idem pour le rassemblement sur le parking..
    Merci

  2. Bonjour! Je viens de signer la pétition. Merci beaucoup d’avoir fait ce blog et d’organiser la résistence pour la sauvegarde de l’hopital.
    Je serai là ce samedi et mercredi prochain. Il faut se battre contre ces décisions de merde du gouvernement ! C’est un scandale!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×
×

Panier

Statuts de l’association Beaumont en Commun

Nous contacter

Écrivez-nous un message :

[pirate_forms]

Coordonnées :

Beaumont en Commun
13 rue du Beffroi,
95260 Beaumont Sur Oise
Téléphone : 06 64 18 34 21
Mail : insoumisbeaumont@yahoo.com

Recevoir notre lettre d’information

Si vous souhaitez être tenu(e) informé(e) de nos initiatives, et recevoir Le petit Insoumis dès sa parution, inscrivez-vous ici.

Rester informé de nos activités 

Si vous souhaitez être tenu(e) informé(e) de nos initiatives, inscrivez-vous ici.